Sondage sur la permaculture

Le mot de l'équipe mypermaculture

Nous avons souhaité effectuer un sondage auprès de 40 personnes pour comprendre l’impact de la permaculture.  Prendre un peu de recul est essentiel pour mieux cerner vos connaissances sur la permaculture, l’écologie et vos espaces disponibles.
Un grand merci aux participants de ce sondage ! 🙂

Ce dernier nous a permis d’analyser vos profils et de mettre en exergue vos contraintes à propos de la permaculture.

l

Analyse de notre sondage

-

effectué sur 40 personnes 

Par principe, la permaculture est un outil encourageant au développement durable. 

Plus qu’un modèle agricole, la permaculture se présente comme une éthique, une philosophie et une science. Elle regroupe un ensemble de méthodes culturales qui permettent de maintenir la fertilité naturelle d’un sol, la diversité des espèces ainsi qu’une production abondante en toute saison, sans avoir recours aux produits phytosanitaires bien sûr !

Ce rapport est le fruit d’une étude réalisée pour le compte de notre site « Mypermaculture.fr ». Au total, 40 personnes sondées ont rempli totalement le questionnaire avec l’outil google forms. Nous avons ensuite analysé ces données. Il a été diffusé via Facebook, qui porte sur les thèmes de l’agriculture et du jardinage, mais aussi par courrier électronique à différentes personnes potentiellement intéressées.

D’après les résultats du sondage, nous constatons :

20 d’entre eux ont entre 18 et 29 ans

10 ont entre 30 et 45 ans

6 entre 46 et 60 ans

4 des participants ont entre 61 et 75 ans 

Le graphique ci-dessus nous montre que les personnes les plus impactées par notre étude (près de 84%) ont un âge compris entre 18 et 45 ans. Ces chiffres nous poussent à croire que l’utilisation d’un support numérique n’est peut-être pas adapté à la tranche d’âges des 50-75 ans, car seulement 16% ont répondu à notre sondage.

 

Pour vous c’est quoi l’écologie ? 

La plupart des individus ont répondu  « une science visant à un meilleur équilibre entre l’homme et son environnement » et « une façon de voir l’avenir ». 

Seulement 3 personnes ont répondu « manger bio ». L’écologie est donc un terme bien connu par notre public ! Mais savons-nous vraiment comment s’y prendre et par où commencer pour y contribuer ?

 

Avez-vous déjà entendu parlé de la permaculture ?

Sur les 40 participants à cette question, 36 affirment connaître ou avoir déjà entendu parlé de production en permaculture, contre 4 qui non jamais entendu parlé de cette méthode.

Étant donné les chiffres, nous pouvons dire que la permaculture est bien connue des participants

 

De quels types d’espaces extérieurs disposez-vous ?

Les 40 réponses obtenues livrent les informations suivantes : 

15 qui possèdent un grand jardin

13 participants possèdent un balcon

6 ont une terrasse

5 d’entre eux ont seulement un bord de fenêtre 

1 seul participant possède un rez de jardin

Maintenant sur la majorité de personnes possédant un espace extérieur, combien serait prêt à le végétaliser ?

 

En fonction de l’espace dont vous disposez, seriez-vous d’accord pour le végétaliser ?

32 ont coché être d’accord

5 d’entre eux sont d’accord, mais ne savent pas comment faire

3 stipulent ne pas vouloir végétaliser leur espace

Ces chiffres nous laissent à penser que même en ayant un espace extérieur et un savoir sur l’écologie et la permaculture, certains des participants ne savent pas comment végétaliser cet espace. Un manque d’information peut-être ?  

 

Qu’est-ce qui pourrait vous empêchez de végétaliser votre espace extérieur ? 

D’après les réponses récoltées :

14 participants affirment ne pas avoir le temps

16 d’entre eux n’ont pas le savoir-faire

10 ont peur de le végétaliser par manque de place

Par ailleurs, alors que 90 % des sondés sont sensibles à la permaculture, à l’écologie et au jardinage, il reste un fossé entre connaissance, information et pratique. Cependant chacun d’entre nous peu participer à cette évolution et ce changement de mentalité sans forcement y perdre un temps fou. 

 

Vu la répartition, la diversité et le nombre de participants, ces données statistiques peuvent être considérées comme insuffisantes, mais ce sondage nous a permis de mettre en valeur les connaissances de chacun des participants sur l’écologie et la permaculture en fonction de l’espace dont ils disposent. Cependant, nous constatons que la plupart des individus interrogés ont un manque de connaissances et un manque de pratique. 

 

A travers ce rapport, nous avons pu constater que les participants possèdent souvent un espace qu’il serait possible de végétaliser en s’inspirant de la permaculture. Mais le manque de savoir provoque une réticence, puisque bien souvent, sans information concrète, les personnes ne veulent pas se lancer dans un tel projet, par manque de temps et d’envie.   

Il est donc du devoir des collectivités locales d’informer chaque habitant sur les bienfaits de végétaliser n’importe quel espace en zone urbaine et péri-urbaine, afin d’atténuer les îlots de chaleur, de favoriser la biodiversité, l’infiltration des eaux de pluie et bien d’autres … 

Pour notre part, la permaculture est un projet social qui vise à enrichir le bien-être des générations futures. Cela demande effectivement de prendre soin de la Terre et d’avoir un minimum d’éthique et d’empathie pour le monde qui nous entoure. À ce titre, la permaculture est une manière de penser le développement de demain.

Et vous qu’en pensez-vous ? Comment feriez-vous pour faire évoluer la pratique de la permaculture ? Faites nous part de vos réflexions en commentaire ci-dessous. Nous avons hâte de vous lire.  🙂 

 

Nos sources

Si vous souhaitez en découvrir davantage

Un avis, une histoire ou un conseil à nous partager ?

– N’hésitez pas à commenter ci-dessous –

4 réflexions sur “Sondage sur la permaculture”

  1. Le sondage met en évidence la tranche d’âge portée vers un nouveau modèle de société et d’alimentation. Le défi est d’envergure compte tenu de la puissance du modèle d’agriculture actuel, finement ramifié jusque dans l’éducation, l’information et la finance. Le mouvement part d’en bas et en ce sens, les collectivités territoriales pourraient jouer un rôle moteur dans le déploiement de ce nouveau modèle reposant sur la circularité et les synergies.

    1. Bonjour Alain,
      Quel plaisir de te lire. Tu as très justement résumé notre pensée. Merci sincèrement pour ta participation active sur notre site. Tu donnes vie à notre projet et pour ça, nous te remercions sincèrement.:D

Répondre à Alain Damas Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.